Imprimer

La progression type en vol à voile et à P2B

L'obtention du brevet de pilote de planeur n'est en fait que la première étape d'une formation qui doit faire de vous un "vélivole".

· Le Brevet de Pilote de Planeur

Pendant votre formation, vos instructeurs vous apprennent à piloter un planeur en sécurité. A P2B, comme dans la plupart des clubs en France, vous volerez sur ASK-13, un planeur certes un peu rustique, mais facile à piloter et tolérant aux approximations des débutants. Après environ 40/50 vols et 25/35 h de vol (c'est une moyenne...), c'est le moment du "lâché", votre premier vol solo. Dix vols plus tard (dont un vol d'une heure au moins) vous serez autorisé à passer le brevet qui se compose d'une épreuve théorique et d'une épreuve pratique. Il est important tout au long de cette formation de voler régulièrement et d'éviter les périodes de longue inactivité. La progression s'en trouverait ralentie ...

Si vous avez moins de 25 ans, des aides fédérales au moment du lâché et du brevet sont aussi possibles. Le brevet en poche, vous n'en restez pas moins un pilote débutant et vous ne pourrez pas tout se suite vous éloigner du terrain ou voler sur les machines les plus performantes du club. Votre formation va se poursuivre !

     Premier vol en solo et les vols jusqu'au Brevet :

  1. Etre âgé(e) de 14 ans révolus,
  2. Etre en possession d'un certificat d'aptitudes délivré par un médecin agréé,
  3. Etre détenteur d'un carnet de vol sur lequel doit figurer l'autorisation de vol d'entraînement seul à bord signée par l'instructeur.

     Pour être présenté au test du brevet :

  1. Etre âgé(e) de 16 ans révolus,
  2. Avoir réalisé un entraînement en vol comportant au minimum 8 heures de vol d'instruction en double commande,
  3. Avoir effectué 2 heures de vol, dont un vol d'une durée d'une heure au moins comme pilote seul à bord,
  4. Avoir effectué 20 atterrissages sur planeur dont 10 comme pilote seul à bord,
  5. Faire une demande à la DAC dont dépend l'association, quelques jours avant la date prévue pour l'épreuve.

     Pour l'obtention du brevet et de la licence de pilote de planeur :

  1. Avoir réussi l'épreuve théorique,
  2. Avoir réussi l'épreuve pratique,
  3. Envoyer le dossier complet de demande de brevet à la DAC dont dépent l'association.

· La licence de pilote

Le brevet est un diplôme de l'Etat. A son obtention, vous vous verrez délivrer par la DGAC votre "licence de pilote de planeur". Pour pouvoir voler, votre licence doit être valide et il vous faudra voler régulièrement pour qu'elle reste valide. Pour cela votre visite médicale devra être à jour, vous devrez justifier d'un entraînement suffisant et satisfaire régulièrement à des tests de compétence en vol avec un instructeur.

· Emport passager

Cette autorisation additionnelle vous permet d'emmener un passager (ami, membre de la famille) sous votre propre responsabilité. Elle est obtenue après un test en vol avec un instructeur. Condition nécessaire minimum: avoir réalisé 50 h de vol en solo en tant que commandant de bord après le brevet.

· Pilote VI (vol d'initiation)

Ce sont les pilotes autorisés à effectuer les vols de découverte « payants » (les baptêmes) auprès des visiteurs de passage qui souhaitent découvrir le planeur.

Conditions nécessaires : 100 h en tant que commandant de bord, et autorisation écrite du Président du club.

· Autorisation de "vol sur la campagne"

C'est le Graal du vélivole ! Cette autorisation vous permet officiellement d'évoluer librement sans autre contrainte que le respect des règles de l'air et des règles élémentaires de sécurité. Pour obtenir cette autorisation vous devrez avoir suivi une formation avec un instructeur habilité et fait montre d'autonomie et de sérieux dans l'exercice de votre pratique solo. Lors d'un vol sur la campagne, on évolue de "local" en "local". La connaissance de l'environnement direct du terrain de Loyat, le repérage des champs dans lesquels vous êtes susceptibles de vous poser (dans le langage vélivole "se vacher") si vous ne pouvez rejoindre votre terrain d'origine, sont des éléments indispensables de votre progression campagne et vous permettront de réaliser, plus tard, des grands vols en toute sécurité.

Tout comme le brevet, l'autorisation "campagne" n'est en aucun cas le point final de votre formation. Vous continuerez, au fil des vols, à progresser, découvrirez de nouvelles régions et apprendrez à vous éloignez progressivement du terrain pour réaliser des circuits de plus en plus longs.

· Progression machine

Au fur et à mesure de votre progression, vous volerez sur des machines de plus en plus performantes, de plus en plus délicates à piloter également. A P2B comme dans tous les clubs, cette "progression machine" est soumise à l'approbation d'un instructeur. Vous débuterez votre formation sur des planeurs bois et toile (ASK-13, Ka-8) pour évoluer progressivement sur des planeurs de plus en plus fins, en matériaux composite (d'où leur appellation commune de planeurs "plastiques"). Dans l'ordre de progression : Ka-8, Junior, Astir, Pégase, LS6.

· Badges FAI (FAI : Fédération Aéronautique Internationale)

Un "badge" c'est en fait un diplôme international (les badges existent depuis plus de 75 ans) que l'on obtient en réalisant des épreuves ou "performances" plus ou moins complexes en vol à voile. Il existe trois badges : argent, or et or avec diamants (par ordre de difficulté croissante). Pour obtenir un badge il faut avoir réalisé certaines performances (vol de plus de 5h, gains d'altitude de 1000, 3000 ou 5000m, ou circuits de 50, 300 ou 500 kms).

Le badge FAI c'est un peu comme le flocon ou le chamois à ski ou les ceintures de couleur différente au judo : il est le témoin de la progression vélivole ... mais il n'est absolument pas indispensable d'en être titulaire pour voler!

· Compétitions

Lorsque vous vous serez forgé une certaine expérience, vous pourrez aussi participer à des compétitions. Les compétitions de vol à voile consistent le plus souvent en des épreuves de vitesse sur des circuits généralement imposés. Au cours de l'épreuve le planeur passe une ligne de départ, des points de virage (comme les bouées que contournent les voiliers au cours d'une régate) et une ligne d'arrivée. Pour le pilote, lignes et points de virages sont identifiés par des coordonnées GPS qu'il peut facilement repérer sur son système de navigation embarqué. En dehors des compétitions, ces dispositifs, récemment adoptés par les vélivoles, sont aussi des instruments très utiles, notamment à la sécurité ... pour peu que l'on apprenne à s'en servir (pas si facile !) et surtout que l'on sache s'en passer lorsqu'ils tombent en panne! Les compétitions se déroulent toujours sur plusieurs jours (souvent une semaine, deux semaines pour les compétitions internationales) avec des circuits toujours différents et choisis en tenant compte des conditions météorologiques du jour.

Visit http://betroll.co.uk/ the best bookies